Les connaissances de base sur les infections sexuellement transmissibles et le VIH/SIDA

0

Les infections sexuellement transmissibles, y compris  le virus du sida, sont un ensemble d’infections contractées généralement lors des rapports sexuels. Elles se manifestent principalement par :

• L’écoulement vaginal : perte liquidienne anormale soit par son abondance, soit par sa couleur ou son odeur (gonococcie, candidose, chlamydiase) ;

• L’écoulement urétral : ou goutte matinale (gonococcie ou chaude pisse, chlamydiase) ;

Ulcération génitale : plaies multiples ou unique (syphilis primaire) ;

• Douleur abdominale basse (gonococcie, chlamydiase) ;

• Bubon inguinal : gonflement des ganglions des plis de l’aine (syphilis primaire, chancre mou) ;

Orchi-épididymite : gonflement des testicules en dehors de tout traumatisme (gonococcie ou chlamydiase) ;

Ophtalmie purulente du nouveau-né (gonococcie, chlamydiase).

Les modes de transmission et de facteurs de propagation des infections sexuellement transmissibles (IST)

Parlant des modes transmissions et de propagation des infections sexuellement transmissibles, il faut retenir :

La transmission sexuelle : elle intervient suite à des relations sexuelles non protégées.

La transmission mère-enfant : celle-ci a lieu pendant la grossesse, pendant l’accouchement ou pendant l’allaitement.

La transmission par le sang : La transmission par le sang se fait au contact du sang contaminé ou autres produits sanguins contaminés, instruments souillés (en contact avec le sang contaminé).

Les comportements qui influencent la transmission des IST

Les facteurs qui influencent le plus souvent la transmission des infections sexuellement transmissibles sont :

  • Changement récent de partenaire ;

  • Avoir plus d’un partenaire sexuel ;

  • Avoir un partenaire qui a d’autres partenaires ;

  • Avoir  des rapports sexuels avec des partenaires occasionnels, des prostituées ou leurs clients ;

  • Continuer à avoir des rapports alors qu’on présente des symptômes d’une IST ;

  • Dans le cas où on souffre d’une IST, ne pas informer ses partenaires pour qu’ils se fassent soigner ;

  • Ne pas se servir d’un préservatif dans l’une ou l’autre de ces situations expose les partenaires à un risque d’infection très élevé.

    Les facteurs sociaux qui influencent la transmission des IST

    Plusieurs facteurs sociaux influencent la transmission des infections sexuellement transmissibles (IST), qui sont :

    • Avoir des rapports sexuels non protégés ;

    • Attendre avant de se faire soigner pour une IST ;

    • Ne pas suivre en entier le traitement prescrit pour une IST ;

    • Ne pas faire soigner les partenaires sexuels.

    Les facteurs biologiques qui influencent la transmission des infections sexuellement transmissibles (IST)

    En ce qui concerne les facteurs biologiques qui influencent la transmission des infections sexuellement transmissibles, nous pouvons citer :

    • L’âge : la nature des muqueuses vaginales et des tissus cervico-vaginaux chez les jeunes femmes les rend susceptibles à l’infection ;

    • Le sexe : il est plus facile pour une femme de se faire contaminer par un homme que pour un homme de se faire contaminer par une femme. La raison en est que les femmes ont une surface exposée plus grande (c’est-à-dire le vagin) que les hommes pendant les rapports avec pénétration ;

    • La non circoncision : les hommes circoncis courent un risque moins élevé de contracter une IST que les hommes non circoncis.

    La prévention des infections sexuellement transmissibles

    Pour prévenir la propagation des infections sexuellement transmissibles, il faut :

    • Sur le plan de la transmission par la voie sexuelle, encourager l’abstinence, la fidélitéréciproque, l’utilisation du préservatif, le dépistage précoce et le traitement des IST.

    • Pour ce qui est de la transmission par la voie sanguine, faire le dépistage et le traitement médical précoce des anémies, restreindre les transfusions sanguines, dépister obligatoirement les donneurs de sang, stériliser et désinfecter le matériel lors des soins.

    • Quant à la transmission mère-enfant, informer et éduquer les deux parents sur les IST/VIH au moment de la prise de décision de mariage, d’avoir un enfant, pendant la grossesse et après l’accouchement ; inciter au dépistage volontaire des deux parents et les informer sur les pratiques sexuelles à moindre risque y compris le préservatif.

    La transmission mère-enfant est réduite de 60% par la prophylaxie aux ARV durant la grossesse.

    La corrélation entre les autres IST et le VIH

    La présence d’une IST non traitée peut multiplier par 10 le risque de transmission et d’acquisition du VIH. Ce qui explique en partie le fait que le VIH s’est propagé si rapidement en Afrique par comparaison avec l’Occident où les IST sont plus souvent traitées et guéries.

    Le lien apparaît plus manifeste entre l’infection par le VIH et les IST qui causent des ulcérations.

    L’infection au VIH a elle-même un effet sur les autres IST. Mais comment ?

    Chez les individus ayant contracté le VIH, les manifestations cliniques de certaines IST sont plus importantes. Il est également reconnu que l’histoire naturelle de certaines IST est modifiée par le VIH (ex: progression rapide de la syphilis vers le stade tertiaire, plus grande incidence de cancer cervical associée à HPV). La réponse thérapeutique des IST est modifiée chez les séropositifs (ex: échecs thérapeutiques du chancre mou et de la syphilis secondaire). Etant donné qu’ils présentent des symptômes liés aux IST qui durent plus longtemps, les individus séropositifs risquent dans une plus grande mesure de transmettre le VIH et d’accélérer le rythme de l’épidémie du SIDA.

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    19 − huit =