IST : modes de transmission, symptômes et possibilités de traitement

0

Les infections sexuellement transmissibles (IST) se transmettent principalement par contact cutané lors d’un rapport sexuel, vaginal, anal ou oral. Elles peuvent aussi se propager par d’autres voies, comme les transfusions sanguines. D’autres IST, comme la chlamydiose, la gonorrhée, l’hépatite B primaire, l’infection au VIH et la syphilis, se transmettent aussi de la mère à l’enfant pendant la grossesse et à l’accouchement.

Une IST nécessite un dépistage précoce pour limiter le risque de complication. Dans cet article nous allons parler de quelques unes des infections sexuellement transmissibles (IST) les plus fréquentes, de leur mode de transmission, de leurs symptômes et des possibilités de traitement. On sait que parmi les IST, certaines sont redoutables, d’autres mortelles…

Le VIH/SIDA

Le VIH/SIDA est une infection sexuellement transmissible, c’est-à-dire une infection qui peut se transmettre lors de relations sexuelles comme par exemple l’herpès génital, la chlamydia, et la syphilis. Il s’attaque aux cellules du système immunitaire et les détruit ou les rend inefficaces. Aux premiers stades de l’infection, le sujet ne présente pas de symptômes. Cependant, l’évolution de l’infection entraîne un affaiblissement du système immunitaire et une vulnérabilité accrue aux infections opportunistes. Le VIH se transmet à l’occasion de rapports sexuels (anaux ou vaginaux) non protégés, d’une transfusion de sang contaminé ou de l’échange de seringues contaminées. Il se transmet aussi de la mère à l’enfant pendant la grossesse, l’accouchement ou l’allaitement au sein.

La particularité du VIH est de s’attaquer aux cellules du système immunitaire. Il s’agit des cellules qui protègent le corps contre l’attaque des maladies et autres infections. Le VIH est aussi un virus qui, pour survivre, doit fusionner avec la cellule qui l’attaque. C’est la raison pour laquelle, il est impossible d’éliminer le virus du corps une fois qu’il est entré. Il est dépisté à travers la prise de sang. Aucun traitement n’est disponible à ce jour pour guérir du SIDA, mais la prise en charge rapide et efficace des IST fait partie des éléments essentiels pour maîtriser l’épidémie et permettre au porteur du virus de vivre longtemps avec.

L’hépatite B

Le virus de l’hépatite B se transmet par le sang, les sécrétions sexuelles, voire la salive. Il se manifeste par la fièvre, la fatigue et la jaunisse. L’hépatite B guérit généralement spontanément, mais peut aussi se compliquer (dans 10% des cas) en cirrhose et cancer, potentiellement mortels. Le dépistage s’effectue à travers la prise de sang. Pour la prévention, la vaccination contre l’hépatite B est recommandée.

Les condylomes (crêtes de coq)

Les condylomes sont dus à des virus appartenant à la famille des papillomavirus (comme ceux qui sont responsables du cancer du col de l’utérus) qui se transmettent par simple contact avec les « verrues ». Ses    symptômes sont : petites verrues sur les organes génitaux ou sur l’anus. En l’absence de traitement, ces lésions peuvent évoluer en cancer. Pour dépister les condylomes, il faut se rendre à l’hôpital pour effectuer un examen médical. Le traitement s’effectue par l’extraction locale des verrues.

La syphilis

La syphilis est causée par une bactérie transmise lors des relations sexuelles. Ses symptômes se manifestent par le chancre (petite plaie indolore) sur la peau ou les muqueuses, qui apparaît transitoirement 2 à 4 semaines après la contamination. Non systématique, le chancre peut aussi passer inaperçu. Quelques mois plus tard, la maladie évolue à un autre niveau : éruptions cutanées (sur le tronc, sur les paumes et la plante des pieds, périnéales, génitales, plaques rouges génitales ou dans la bouche), fièvre, douleurs articulaires, ganglions, pouvant aller jusqu’à des atteintes cérébrales. Le dépistage se fait par la prise de sang. Pour le    traitement, une injection de pénicilline (antibiotique) est suffisante.

La blennorragie (chaude-pisse)

La blennorragie est due à une bactérie gonocoque transmise lors des relations sexuelles. Ses    symptômes se manifestent par un écoulement jaune par la verge ou l’anus qui survient une semaine après la contamination, accompagné d’une sensation de brûlure. Le dépistage s’effectue par un prélèvement urétral (canal qui excrète l’urine). Le    traitement se fait par la prise d’antibiotiques.

*La meilleure façon de prévenir les infections sexuellement transmissibles, c’est d’utiliser systématiquement le PRÉSERVATIF lors des rapports sexuels. Lorsque vous sentez que quelque chose d’inhabituel, consultez rapidement un médecin.

Sources : Institut national de prévention et d’éducation à la santé (Inpes), brochure sur les Infections Sexuellement Transmissibles (IST), OMS, preventionsida.org, passeportsante.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

cinq + 9 =